le vendredi 18 octobre 2019 à 18h00 à Contes

Depuis les débuts de l’humanité, l’homme a cherché à se débarrasser des ravageurs de cultures et des mauvaises herbes. De nombreux procédés, parfois ingénieux, ont été proposés, aboutissant à la fin de la seconde guerre mondiale à la production industrielle et l’usage massif de pesticides de synthèses qui semblaient efficaces. Malheureusement, les ravageurs et mauvaises herbes sont progressivement devenu résistants à ces produits, conduisant à la fois à augmenter les doses d’épandage utiliser et à la recherche continuelle de nouvelles molécules. Par ailleurs, les produits utilisés se sont avérés particulièrement nocifs pour la santé humaine et l’environnement. L’exposé fera un état des lieux historique du développement de l’usage des pesticides, de la situation aujourd’hui dans le monde, et des problèmes associés à leur utilisation. La proposition d’idées alternatives, telle que l’usage de plantes génétiquement modifiées, sera également présentée ainsi que les développements actuels en terme de lutte biologique, largement plus respectueuse de l’environnement.

Eric Wajnberg est directeur de recherche à l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et travaille à Sophia Antipolis. Ayant passé une thèse de doctorat de l’Université Lyon I, il développe une activité scientifique qui a pour objet de comprendre les mécanismes adoptés par les insectes parasitoïdes pour attaquer leurs hôtes. Comprendre ces mécanismes conduit à optimiser le choix des espèces d’auxiliaires à utiliser dans des programmes de lutte biologique ou d’améliorer leur efficacité à contrôler leurs hôtes au cours des lâchers. Des approches théoriques sont développées et des expérimentations sont menées afin de vérifier les prédictions obtenues. Il développe également une forte activité éditoriale au niveau international (rédacteur en chef d’une revue scientifique internationale à comité de lecture, auteur de plus de 10 ouvrages de synthèse et de nombreuses publications scientifiques)