Le samedi 7 décembre 2019 à15h à Valberg

« Sous les pavés, la plage ! » revendiquait un slogan révolutionnaire de mai 68. Et sous la plage, de silice, ourdissait une autre révolution amorcée deux ans plus tôt, celle des fibres optiques de verre. En 1966, Charles Kao (Prix Nobel de Physique en 2009) et George Hockham annoncèrent que si le verre de silice était suffisamment purifié pour limiter l’absorption de la lumière, la fibre optique pourrait être utilisée comme support pour les télécommunications. Le développement de nouvelles méthodes de synthèse de verre ultra-pur permit d’atteindre cet objectif en seulement quatre ans. Ainsi, en quelques années, la fibre optique allait devenir le ferment de la révolution des télécommunications dans les années 80. Depuis, la fibre optique est devenue un objet du quotidien qui se déploie dans de très nombreux domaines tels que les capteurs (gyroscopes, capteurs de température, de contraintes, chimiques, etc), les lasers (lasers à fibre de puissance pour l’usinage ou le marquage, le médical), l’éclairage, etc. Cette présentation sera l’occasion de discuter, du point de vue historique, du guidage de la lumière puis de présenter les applications actuelles, les différentes structures et matériaux développés avant de conclure sur les futurs enjeux, car il est interdit d’interdire à la fibre optique !

Wilfried Blanc est chargé de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), affecté à l’Institut de Physique de Nice. Son activité de recherche porte sur la conception, la fabrication et la caractérisation des fibres optiques. Il s’intéresse en particulier aux propriétés de luminescence dans le but de développer des amplificateurs ou des lasers à fibre. Il s’implique particulièrement dans des actions de diffusion de la culture scientifique, en particulier à travers la section Côte d’azur de la Société Française de Physique (SFP) qu’il anime depuis 10 ans.