le jeudi 23 mai 2019 à 19h à Biot.

En 1944, John von Neumann, un des plus grand mathématiciens de son temps, et Oskar Morgenstern, un économiste, font paraître le livre « Theory of Games and Economic Behaviour », fondateur de la théorie moderne des jeux, encensé par la critique, et qui devait complètement renouveler la théorie économique. Son projet explicite était de refonder la micro-économie sur des principes comparables à ceux de la physique offrant une compréhension de la macroéconomie, permettant à son tour de piloter l’économie et d’éviter les crises. À l’évidence, ce programme a échoué. Nous en étudierons les raisons, qui sont dans une large mesure de nature mathématique. Mais aussi dans l’hypothèse que les agents se comportent de manière rationnelle. On montrera par un exemple amusant pourquoi un comportement « rationnel » au sens de cette théorie n’est pas toujours crédible.

Pierre Bernhard est directeur de recherche émérite à l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique (INRIA) Sophia Antipolis, dont il fut le fondateur et premier directeur. Il travaille actuellement dans le projet Biocore dont le but global est de contribuer à préserver l’environnement en développant de nouvelles sources d’énergie, en évitant la pollution des eaux ou l’utilisation de produits chimiques pour les cultures. Ayant commencé sa carrière à l’École des Mines de Paris, il a été professeur des universités, à Paris et à Nice. C’est un spécialiste de la théorie des jeux dynamiques.