le samedi 11 janvier 2020 à 15h à Valberg

Sélection sexuelle et paradoxe du handicap: chez beaucoup d’animaux, les mâles portent des caractères sexuels secondaires qui attirent les femelles mais qui, quand ils sont développés à l’excès, deviennent un handicap de viabilité pour leur porteur (et nous verrons que le genre Homo sapiens sapiens, c’est à dire nous, ne fait pas complètement exception). Après quelques exemples, nous expliquerons en quoi ce phénomène déjà perçu par Darwin parait paradoxal, et quelle est l’explication la plus généralement admise aujourd’hui, qui fait intervenir la théorie des jeux de signaux. Ce sera aussi l’occasion de se pencher sur le fonctionnement de l’évolution et la formation des espèces.

Pierre Bernhard est directeur de recherche émérite à l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique (INRIA) Sophia Antipolis, dont il fut le fondateur et premier directeur. Il travaille actuellement dans le projet Biocore dont le but global est de contribuer à préserver l’environnement en développant de nouvelles sources d’énergie, en évitant la pollution des eaux ou l’utilisation de produits chimiques pour les cultures. Ayant commencé sa carrière à l’École des Mines de Paris, il a été professeur des universités, à Paris et à Nice. C’est un spécialiste de la théorie des jeux dynamiques.