Que nous réserve l’ordinateur quantique?

Que nous réserve l’ordinateur quantique?

Vendredi 17 septembre 2021 à 19h00 à Colomars
Salle Bauma, fort Casal, quartier du Rédier – 06 670 Colomars

La physique quantique est apparue au milieu du 20ème siècle pour décrire le monde des atomes mais également les interactions lumière-matière. Les concepts contre-intuitifs qui en découlent laissent aujourd’hui encore des traces au travers d’image étonnantes, tel que le chat de Schrödinger qui serait vivant et mort à la fois.
Quelles applications pour cette théorie couronnée de succès ? Pourquoi la commission européenne a-t-elle décidé d’investir 1 milliard d’euro sur les applications liées aux technologies quantiques d’ici 2020 ?
L’ordinateur de demain sera-t-il quantique ? Nous verrons ce qu’apporte la physique quantique à la théorie de l’information et pourquoi les enjeux technologiques sont si importants.

Oliver Alibart est enseignant-chercheur à l’Institut de Physique de l’université Côte d’Azur (UCA/CNRS). Il a fait ses études au magistère de physique de l’université d’Orsay (Paris XI) puis a effectué une thèse sur les sources de photons uniques à l’université́ de Nice, suivi d’un post-doctorat sur les sources de paires de photons intriqués à l’université de Bristol (Angleterre). Actuellement, il travaille dans le domaine des technologies quantiques sur des solutions à base d’optique intégrée sur puce pour produire et manipuler des états quantiques avancés pour les communications quantiques.

La maladie d’Alzheimer : causes, prévention et traitements

La maladie d’Alzheimer : causes, prévention et traitements

Mercredi 15 septembre 2021 à 17h00 à Nice
Maison départementale de Nice – 6 avenue Max Gallo – 06 000 Nice

La maladie d’Alzheimer est la première cause de démence dégénérative. Elle affecte 850 000 personnes en France et près de 50 millions dans le monde. Elle a été décrite en 1906 par Aloïs Alzheimer. Depuis, bien que la recherche ait permis des avancées considérables, un traitement curatif de cette maladie est toujours attendu. Nous ferons le point sur les données récentes de la recherche concernant les causes biologiques de la maladie. Nous discuterons aussi de la prévention et des pistes thérapeutiques en cours.

Frédéric Checler est docteur ès sciences et directeur de recherche de classe exceptionnelle à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM). Il dirige une équipe d’environ 20 personnes à l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire du CNRS à Sophia-Antipolis. Il est spécialiste de plusieurs maladies neurodégénératives dont les maladies d’Alzheimer et de Parkinson.

Biodiversité marine et santé humaine

Biodiversité marine et santé humaine

Mardi 14 septembre 2021 à 18h30 à Villeneuve-Louvet
Pôle Culturel Auguste Escoffier    269 Allée René Cassin

On parle beaucoup de la biodiversité marine mais que reflète-elle par rapport à la biodiversité terrestre ? En quoi sa connaissance peut-elle aider à améliorer la santé humaine ? Cette conférence permettra de présenter les caractéristiques de la biodiversité marine et de présenter son importance pour la santé humaine où elle peut être utilisée comme source de nouveaux médicaments, d’outils pour la médecine ou encore de modèles biologiques pour résoudre de grands problèmes biologiques comme le vieillissement.

Denis Allemand est professeur des universités et directeur scientifique du Centre Scientifique de Monaco, l’institut de recherche de la Principauté de Monaco. Son principal domaine de recherche concerne la physiologie des organismes marins, principalement des coraux (coraux constructeurs de récifs, corail rouge, gorgone…), avec un intérêt particulier pour deux fonctions biologiques majeures, la biominéralisation (formation des squelettes, coquilles…) et la symbiose dans les conditions normales et sous l’effet de perturbations environnementales (réchauffement global, acidification des océans). Il est co-auteur de plus de 140 articles scientifiques et de nombreux chapitres d’ouvrages. Il est membre de différents conseils scientifiques (Fondation Prince Albert II, École Pratique des Hautes Études, IFREMER) et conseils d’administrations (Observatoire Océanologique de Villefranche-sur-Mer, Institut du Droit Économique de la Mer), il est également co-responsable scientifique de l’expédition Tara Pacifique.

Pourquoi les crises économiques – l’échec de la théorie des jeux

Pourquoi les crises économiques – l’échec de la théorie des jeux

Mardi 14 septembre 2021, 18h30 à Gilette
salle des mariages de la Mairie de Gilette, 1, place dr René Morani

En 1944, John von Neumann, un des plus grand mathématiciens de son temps, et Oskar Morgenstern, un économiste, font paraître le livre « Theory of Games and Economic Behaviour », fondateur de la théorie moderne des jeux, encensé par la critique, et qui devait complètement renouveler la théorie économique. Son projet explicite était de refonder la micro-économie sur des principes comparables à ceux de la physique offrant une compréhension de la macroéconomie, permettant à son tour de piloter l’économie et d’éviter les crises. À l’évidence, ce programme a échoué. Nous en étudierons les raisons, qui sont dans une large mesure de nature mathématique. Mais aussi dans l’hypothèse que les agents se comportent de manière rationnelle. On montrera par un exemple amusant pourquoi un comportement « rationnel » au sens de cette théorie n’est pas toujours crédible.


Pierre Bernhard
est directeur de recherche émérite à l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique (INRIA) Sophia Antipolis, dont il fut le fondateur et premier directeur. Il travaille actuellement dans le projet Biocore dont le but global est de contribuer à préserver l’environnement en développant de nouvelles sources d’énergie, en évitant la pollution des eaux ou l’utilisation de produits chimiques pour les cultures. Ayant commencé sa carrière à l’École des Mines de Paris, il a été professeur des universités, à Paris et à Nice. C’est un spécialiste de la théorie des jeux dynamiques.

Peut-on recycler les matières plastiques ?

Peut-on recycler les matières plastiques ?

Le mardi 14 septembre 2021 à 18h à Mandelieu
809, boulevard des écureuils

Que sont les « matières plastiques » ? Comment les fabrique-t-on ? Quel est le lien entre la soie d’araignée et une raquette de tennis ? Quel est le secret de leurs succès et pourquoi sont-ils considérés comme indispensables dans nos activités quotidiennes ? Mais quels impacts ont-ils sur l’écosystème ? Comment peut-on leur donner une « deuxième vie » après le recyclage ? Nous répondrons à ces questions en donnant des exemples concrets.

Alice Mija est chimiste et physico-chimiste dans la science des polymères, professeur à l’université Côte d’Azur, Institut de Chimie de Nice (UCA/CNRS). Après des études de chimie macromoléculaire à l’Institut Polytechnique de Iasi (Roumanie), elle effectue une thèse de doctorat à l’Ecole des Mines de Paris, CEMEF, Sophia-Antipolis. En 2004 après un séjour postdoctoral d’un an à l’université de Nice Sophia Antipolis, elle intègre cette université en tant qu’enseignant-chercheur. Ses activités de recherche sont orientées vers les matériaux polymères : synthèses, design de leurs propriétés et applications, les aspects d’économie circulaire et valorisations des déchets polymères

Histoire de la mesure du temps physique: à quel rythme vivons-nous?

Histoire de la mesure du temps physique: à quel rythme vivons-nous?

Le vendredi 10 septembre 2021 à 19h00 à La Tour-sur-Tinée
salle Calabraglia

De la fraction de seconde à l’âge de l’Univers, du temps astronomique au temps atomique, de quel temps avons-nous besoin ? Comment le mesurer ? Comment le diffuser ? Le synchroniser? Aujourd’hui, nous possédons des instruments capables de faire des mesures avec une incroyable précision et un décalage d’environ une seconde seulement sur 15 milliards d’années, soit une seconde sur une durée égale à l’âge de l’Univers ! Cadran solaire, sablier, clepsydre, montre, horloge atomique, télescope, fibre laser… à quel rythme vivons-nous ?

Corinne Nicolas-Cabane est ingénieure d’études au CNRS. Elle a un Master Recherche en Sciences de la Vie et de la Santé. Elle a travaillé en recherche fondamentale en biologie et en physique. Dans l’unité de recherche en géosciences Géoazur depuis 2010, elle est responsable du service communication externe et membre du pôle Observatoire Astronomie (Géoazur/ Observatoire de Côte d’Azur), expert en télémétrie laser, acteur majeur de la recherche en Temps-Fréquence à l’échelle nationale et membre du réseau d’excellence FIRST-TF. Sa polyvalence lui permet aujourd’hui d’intervenir sur des projets interdisciplinaires.


Illustration : 
BY Corinne Nicolas-Cabane NC-SA

Un volcan dans les Alpes-Maritimes?

Un volcan dans les Alpes-Maritimes?

Le samedi 4 septembre 2021 à 15h à Tende
(Musée des Merveilles)

Peu de gens connaissent le passé volcanique des Alpes Maritimes et pourtant il fut agité et laissa de magnifiques traces dans les roches et les paysages. En lien avec la formation des Alpes et de la Méditerranée et provoqué par la tectonique des plaques, il a laissé des témoignages originaux et spectaculaires que les chercheurs étudient encore pour comprendre l’évolution de ce territoire.
Ainsi, pour les plus connus, il faut citer le strato-volcan de Maure Vieil et le volcan de Mandelieu, il y a près de 200 millions d’années ou bien encore plus récemment le volcan de Biot, il y a 25 millions d’années, qui sont les reliques les plus emblématiques de ces manifestations

Brigitte Chamagne Rollier, géologue, a dirigé le Muséum d’Histoire Naturelle de Nice jusqu’en 2015. Elle consacre l’essentiel de son activité à la diffusion des connaissances des sciences de la Vie et de la Terre ainsi qu’à la sensibilisation du grand public sur les richesses du milieu naturel régional et les menaces qui pèsent sur elles par le biais d’expositions, de publications d’ouvrages et de conférences.

Origines et évolution de l’Homme

Origines et évolution de l’Homme

Le vendredi 3 septembre 2021 à 18h à Venanson

Depuis la parution de « L’origine des espèces » en 1859, la théorie darwinienne de l’évolution a été confirmée par de multiples et abondantes recherches. Elle s’est avérée être extrêmement puissante pour comprendre l’histoire des êtres vivants et les relations de parenté qui les lient. Elle a bouleversé en ceci le regard que nous portions sur notre propre espèce et notre place au sein de la nature. Empruntant le chemin tracé par d’illustres pionniers, les découvertes les plus récentes en paléoanthropologie et les progrès de la génétique moderne décrivent comme jamais auparavant notre trajectoire dans le temps et l’espace. Mais plus fondamentalement, elles apportent des éléments de réponse à la question qui nous agite probablement depuis l’émergence de la conscience : qui sommes-nous ?

Cette interrogation sera au centre de la conférence proposée et sera éclairée par les réponses qu’il est possible aujourd’hui de donner à des questions telles que : qu’est-ce que l’hominisation ? quelles sont nos particularités ? quelles sont les autres espèces humaines ayant foulé le sol de la planète ? nous sommes-nous croisés avec elles ? continuons-nous d’évoluer ?

Thomas Lorivel est docteur en neuroscience avec une spécialisation en biologie des comportements. Ingénieur de recherche au CNRS, il est actuellement responsable de l’expérimentation animale à l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire situé à Sophia-Antipolis. Cet institut abrite, entre autres, des recherches sur les maladies neurodégénératives comme les maladies de Parkinson et d’Alzheimer et sur les pathologies neuropsychiatriques comme la dépression et les troubles du spectre autistique

BY Corinne Nicolas-Cabane NC-SA

L’Exobiologie: sur les traces de la Vie

L’Exobiologie: sur les traces de la Vie

Le lundi 2 septembre 2021 à 20h00 à Bonson
Salle communale à l’entrée du village de Bonson

Comment est née la Vie sur Terre ? Existe-t-il d’autres formes de Vie ailleurs dans l’Univers ? Ces questions troublent depuis longtemps la conscience de l’Homme. Il est possible de les examiner aujourd’hui par le biais d’un domaine scientifique propre, une jeune science très pluridisciplinaire : l’exobiologie. De façon générale, l’exobiologie a pour objet l’étude de la vie dans l’univers. Plus précisément, elle inclut l’étude des conditions et des processus qui ont permis l’émergence du vivant sur notre planète, et ont pu ou pourraient l’autoriser ailleurs, ainsi que la recherche de systèmes vivants ou de leurs traces ailleurs que sur Terre (système solaire, milieu interstellaire, exoplanètes …). La conférence présente un aperçu de ces différents aspects.

Martine Adrian-Scotto est maître(sse) de conférences à l’université Côte d’Azur, et rattachée au laboratoire Institut de Chimie de Nice (UCA/CNRS). Physicienne de formation, elle s’est tournée vers la biophysique avec des recherches portant notamment sur la modélisation moléculaire quantique appliquée à des molécules d’intérêt exobiologique.

Voyage au pays des bulles

Voyage au pays des bulles

Le samedi 21 août 2021 à 17h00 à Roubion (salle des fêtes)

Les bulles de savon sont des objets très éphémères et sont vues depuis toujours comme un des symboles de l’impermanence. Les bulles comme sujet d’étude ont pour la première fois été abordées par Léonard de Vinci en 1509. Dans la nature, la formation de bulles dans les volcans par exemple est l’un des phénomènes qui conduit aux éruptions magmatiques.
L’apparition, l’évolution et la disparition de ces objets restent un sujet fascinant pour les scientifiques et les ingénieurs. Au cours de la conférence, je présenterai les similitudes de la formation des bulles et de leur évolution dans des liquides tels que le champagne, la bière, le magma et le verre en fusion.

Franck Pigeonneau est Ingénieur de PolyTech Orléans (ex École Sup. de l’Énergie et des Matériaux) et titulaire d’un DEA en conversion d’énergie de l’université P. et M. Curie. Après son doctorat en mécanique des fluides de l’université P. et M. Curie, il a débuté sa carrière dans le secteur privé au sein du centre de recherche de Saint-Gobain à Aubervilliers où il est resté durant 16 ans. Durant cette période, il a principalement travaillé au développement des outils de simulation numérique dédiés aux fours verriers. Depuis 2017, Franck Pigeonneau est chargé de recherche à Mines ParisTech et travaille à Sophia Antipolis dans le Centre de Mise en Forme des Matériaux. Ses activités de recherche portent sur les phénomènes de transfert et les transitions de phases dans les matériaux hétérogènes et réactifs.

image cc by rihaij